Welcome to the Jungle !! Part 2 – L’Ayahuasca

254996_10150222745679449_734599_n

Alors qu’on marchait tranquillement dans un parc, voici ce qu’on a pu trouver caché derrière une feuille

Ceci est la suite de l’article welcome to the Jungle !! Part 1, alors si vous comprenez pas l’enchaînement, lisez le premier ;).

Alors même que j’avais quitté la barque infernal où j’avais cru mourir plusieurs fois, me voici dans le bateau infernal. Dès que je suis entré dans la cabine principale, j’y ai vu un amas de péruviens occupant tout l’espace où j’aurais pu potentiellement poser mon hamac, sans parler de la chaleur suffocante qui régnait dans la pièce. En évitant les toiles d’araignées présente un peut partout sur plafond (elles sortent la nuit), je me crée un chemin pour accéder à une des fenêtres où il y a encore une petite place et je me rends vite compte pourquoi. La fenêtre, aux joints inexistant, est propice à toutes les petites bêtes qui peuvent vous répugner (araignées, scarabées etc …) et le fait d’avoir son hamac directement posé contre le mur établit un pont direct entre ces petites bêtes et vous même :s Wakala :s

J’installe donc mon hamac et je vais faire un tour aux toilettes et là..  surprise ! Elles sont remplies de scarabées attirés par l’humidité du point d’eau :s Wakala encore une fois :s Je vais donc sur le pont pour me soulager et laisser ce phénomène essentiellement masculin de bien être m’envahir (cf le magnifique sketch de Vérino)

Une fois le pipi accompli :), je retourne vois les araignées et les scarabées dans mon hamac. Je me pose dedans et j’essaye de m’enrouler comme dans un cocon pour que rien ne puisse entrer. Heureusement que j’avais acheté un hamac 2 personnes et je pu me recouvrir complètement.

Le lendemain au lever, toute les araignées ont disparu. Plus aucune trace de ces arachnides qui ont emporté leurs toiles lors du départ. La suite de la journée se passe paisiblement sur le bateau avec la plupart des conversations ayant pour sujet l’élection présidentielle. Même au fin fond de la jungle on est au courant de la politique du pays et c’est en ce moment que son avenir se crée car il va bientôt y avoir le 2nd tour entre Keiko Fujimori et Ollanta Humala. Keiko Fujimori est la fille de l’ancien dictateur Alberto Fujimori (1990-2000), aussi connu sous le surnom d’ el Chino, qui avait battu le célèbre écrivain Mario Vargas Llosa en 1990 de manière inexplicable. Il a ensuite été condamné à 25 ans de prisons pour meurtres et violations des droits de l’homme mais il va sans dire que sa prison ressemble plus au club med qu’à une cellule de détenu.
Quant à lui Ollanta Humala était un militaire qui s’est soulevé avec son frère et 62 autres personnes contre le régime d’Alberto Fujimori en 2000. La rebellion échoue et ils sont tous les deux emprisonnés avant d’être amnistié 2 ans plus tard par le nouveau président entrant. Il a par ailleurs étudié le droit international à la Sorbonne.

Alors que je sortais ma caméra, de jeunes enfants essayaient de me mouiller

Alors que je sortais ma caméra, de jeunes enfants essayaient de me mouiller

C’est tôt le lendemain matin que nous arrivons à Nauta où je prends un colectivo pour arriver à Iquitos afin de rencontrer Leslie, une amie du travail.

Avec elle, c’est une agence que nous allons prendre pour visiter la jungle et c’est avec Nacio que nous allons partir à 1 heure et demie d’Iquitos le lendemain. En attendant nous allons visiter Bélen, le fameux village qui repose sur l’Amazone et où les rues ne sont autre que de l’eau. En fait si on veut circuler là bas c’est en bateau ou à la nage et il n’est pas rare de voir les enfants nager d’une maison à l’autre.

Une jeune péruvienne allant à l'école

Une jeune péruvienne allant à l’école

Ensuite une visite du marché de Bélen s’impose. C’est le marché le plus pauvre de la région et on y voit souvent des animaux issues du braconnage. J’y ai vu des tortues, caïmans et oiseaux pour ma part. On y retrouve aussi toute sorte de grand mère qui vous vendent des potions magiques du type calle de la brujas à La Paz et ce qui fait la particularité de ce marché sont les vautours qui marchent dans les rues du marché comme s’ils faisaient parti de la population.

On passe également au Manatee Rescue Center, un must see où des bénévoles s’occupent des manatee, une espèce en voie d’extinction et on peut même les caresser et leur donner le biberon (si c’est pas chouette ca!).

Le lendemain, je repars dans la jungle avec Leslie mais dans des lodges cette fois. et oui pour une fois que j’ai droit au grand luxe 🙂 Outre les sortis dans la jungle et la pêche de piranha à laquelle j’ai énormément progressé (j’en ai attrapé une vingtaine en une demi heure), le moment fort de ce périple sera les séances d’ayahuasca (ce dont je vous ai parlé dans Welcome to the Jungle!! Part 1). Pour résumer, l’ayahuasca est un mélange de différentes lianes qui vous fait triper pendant 3 à 5 heures.

270403_10150234612739449_6246212_n

Cette mixture est sensée purifier votre esprit ainsi que votre corps et un jeûne de sel, sucre et viande est nécessaire avant les différentes sessions. Il est dit qu’à travers l’ayahuasca un pont entre les vivants et les morts peut être créé et qu’un être cher récemment perdu peut apparaître et dialoguer avec vous. J’ai entendu beaucoup de récits où certains combattaient côte à côte avec les Incas pour repousser les espagnols, d’autres où la personne en question résolvait ses problèmes avec son frère/ami décédé. Moi je me suis retrouvé à combattre le mal (ayahuasca) avec une armée de personnages de bande dessiné sur des nuages réalisé au crayon de papier. D’autres fois j’ai été l’acteur principal d’un jeu en 2d ou un créateur de mondes colorés et de super héros. Dans chacune de ces visualisations un jaguar m’accompagnait tout le long et ne me laissait jamais seul. C’est comme s’il m’avait protégé pendant tout ce temps, sa présence me réconfortait et je sentais comme une boule de bonheur et de force en moi, c’était vraiment une expérience incroyable. Il y a eu des moments plus difficiles, l’ayahuasca étant sensée vous purifier, elle évacue le mal en vous. Toute la complexité de ces séances et du travail du Chaman qui vous protège est de pouvoir résister à ces moments difficiles en exerçant votre force mental. Moi sans la présence du Jaguar et cette habilité à maitriser les couleurs vives en les faisant apparaître à ma guise, je pense que l’ayahuasca aurait eu raison de moi et m’aurait fait plonger comme elle (l’ayahuasca) a pu le faire avec Leslie (bad trip)

La tortue du marché de Bélen

La tortue du marché de Bélen

En tout cas, il faut faire très attentions avec ces breuvages, beaucoup de péruviens se disent chaman et vous vendent ca dans les rues d’Iquitos, Cuzco ou même Lima. Ce sont souvent des prétextes pour vous voler et même vous violer, des histoires que j’ai entendu souvent. Trop souvent hélas. Moi j’ai eu plus de chance, ca a été des expériences fascinantes qui m’ont fait voir les choses d’une façon très différente.

C’est alors un autre moi qui rentre à Iquitos et pour la dernière soirée de Leslie nous décidons d’aller aux fameux bars qui ont fait la réputation des Iquitéens. Les bars aux milles boissons aphrodisiaques avec des noms comme Rompe Calzon, Siete veces sin sacar, esperame en el suelo o corre que te enchufo (Rompe caleçon, 7 fois sans se retirer, attends moi au sol ou courre avant que je te prenne) et tous servis dans des verres en forme de pénis, corps de femmes ou autre image érotique.

Pour voir si ca marche réellement, prenez un billet et allez vérifier 😉

Le lendemain j’ai repris le bateau et c’est dans mon hamac, naviguant sur l’Amazone que j’ai pu fêter mon anniversaire 🙂
Next stop –> La Colombie.

C’est donc à Leticia, ville croisement entre le Brésil, la Colombie et le Pérou, que je débarque. Ici pas besoin de passeport car je foule le sol colombien alors que je n’ai pas eu de tampon. Cette réputation de ville cocaïne est-elle fondée? J’ai bien l’impression que le transport d’une frontière à une autre est facilité par ce genre de négligences parce que si on ne vous tamponne pas le passeport, on ne vérifie pas non plus vos bagages. C’est donc sans papiers que je me balade dans le Putumayo, endroit référence de l’époque du caucho caoutchouc magnifiquement expliqué dans le livre « el sueño del celta« .

Embrassant un anaconda

Embrassant un anaconda

Ici les légendes fusent tout autant que dans la selva jungle péruvienne à l’exception près que l’accent colombien est devenu mon préféré et je ne me lasse pas des histoires racontées.

D’après un des villageois, sa grand mère a été retrouvé errant dans la jungle 2 ans après sa disparition et elle ne se souvient pas de ses longues années passées en solitaire dans cette nature sauvage. Apparemment c’est Chullachaqui, un démon capable de se transformer en n’importe quel être humain ou animal qui se cache dans l’épaisseur de la forêt, se faisant passer pour un faux guide dans le but d’égarer les promeneurs. On le reconnait à ces deux pieds différents: un côté humain et l’autre de capricorne.

Après 2 nuits passées à goûter la bière locale, je décide quand même de me régulariser. De toute façon je n’ai pas le choix car je souhaite me rendre à Medellin en avion, où une amie colombienne, que j’ai connu en travaillant aux USA, m’attend. J’y passerai une semaine merveilleuse à apprendre la salsa et la bachata avec sa mère lors de fêtes de famille et j’ai même assisté à la finale de la coupe de Colombie Bogota-Medellin dans un bar et devinez quoi ?! La ville de Pabló Escobar a gagné aux tirs au but. Une des fêtes les plus folles de ma vie s’en suivit avec de la farine qui volait dans tous les sens de 23 h jusqu’à 9.00 am.
Cela reste étonnant quand même de voir toute cette farine voler comme si la ville ne voulait pas perdre cette attachement au célèbre trafiquant de cocaïne. Pablo Escobar est en effet très apprécié ici et même un héros pour certains car il a fait construire énormément d’infrastructures sous la dénomination « Medellin sans taudis » et était considéré comme un Robin des bois. Son cartel fut sans doute la plus grande entreprise criminelle et la plus profitable de tous les temps. Escobar est mort en étant la 7ème fortune du monde selon le magazine Forbes.

Alors ami voyageur, si tu hésites encore à t’envoler découvrir la jungle amazonienne et ses habitants, n’hésite plus une seconde et envole toi !

Juanito.

Medellin

Medellin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :